samedi 18 août 2012

Deux petits pas sur le sable mouillé - Anne-Dauphine Julliand

 
 
Je ne lis pas souvent des témoignages mais les critiques sur celui-ci étaient très bonnes et cela m'a poussé à sortir de mes "frontières" et d'avancer en terrain inconnu. Avec ce type de témoignage, on connaît par avance l'issue inévitable mais ce qui est intéressant c'est de voir comment une famille parvient à surmonter cette épreuve.
 
C'est l'histoire vraie d'un couple, Anne-Dauphine et Loïc, parents de deux enfants: Gaspard le fils aîné et Thaïs la petite dernière. Un jour, la maman remarque que sa fille ne marche pas normalement et le couple décident de lui faire faire des analyses médicales pour savoir d'où vient ce problème. Ils vont apprendre que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique grave et qu'elle n'a plus que quelques années à vivre. Une course contre la montre s'engage alors.
    
Au moment où les parents apprennent sa maladie, la mère est enceinte et ce bébé a un risque sur quatre d'être porteur de la maladie. En tant que lecteur, on redoute aussi le verdict, on souhaite que cette famille ne soit pas doublement frappée, mais la vie n'est pas un conte de fée. Le verdict tombe quelques jours après la naissance de cette deuxième petite fille, Azylis, est également atteinte. Cependant un traitement existe et il pourrait ralentir les effets de la maladie s'il est effectué avant les premiers symptômes de la maladie.
 
Le fils aînée de cette famille, Gaspard, m'a beaucoup touché. Il est très impliqué dans la maladie de ses sœurs pour un petit garçon de quatre ans. Il les aide comme il peut en ayant conscience que Thaïs va mourir. Il n'hésite pas à dire tout haut ce qu'il pense comme cette phrase où l'on peut deviner une grande maturité pour son âge: "C'est pas grave la mort. C'est triste mais c'est pas grave". Il tente aussi d'un côté de continuer à vivre sa vie d'enfant, il joue, va à l'école...
   
Ce récit est raconté à travers les yeux d'Anne-Dauphine, la mère et il est extrêmement émouvant (prévoyez des paquets de mouchoirs à disposition si vous le lisez), elle ne cache rien de ses émotions, ses pensées et ses sentiments. On souffre avec elle comme elle a souffert avec sa fille. Il y a également une certaine pudeur, notamment sur les douleurs de Thaïs, la mère ne souhaite pas vraiment en parler, elles les évoque juste car ça fait partie de la maladie. Elle raconte les mauvais mais aussi les bons moments comme Thaïs qui à la fin de sa vie, allongée sur son lit et malgré sa vue et son ouïe perdues, continue à jouer à cache-cache en tournant simplement sa tête d'un côté et de l'autre.
 
Je vous conseille fortement ce livre, même ceux qui ne sont pas très témoignages peuvent y trouver leur compte (la preuve avec moi ! ). Par contre prévoyez un roman plus léger après avoir lu celui-là car personnellement il m'a un peu "cassé" moralement et j'avais besoin de m'évader, donc un roman du genre chick-lit devrait alléger l'atmosphère.   
 
COUP DE COEUR
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire